Pétition en cours

PETITION : STOP A LA TAILLE DES PLUMES DE VOL !
L’éjointage consiste à couper les rémiges des oiseaux, voire le bout de leurs ailes pour les empêcher de voler. Cette technique est utilisée dans les cas suivants. Des éleveurs de volailles domestiques (pintades, canards, oies…) l’utilisent pour empêcher les oiseaux de s’échapper.
L’éjointage se pratique sur l’oisillon âgé de moins d’une semaine, faute de quoi il risque de mourir d’une hémorragie. Il faut ensuite l’amputer au niveau du métacarpe ce qui le rend définitivement incapable de voler une fois adulte.
En France, le Conseil d’état a prohibé cette pratique depuis décembre 2005. Ce dernier s’est appuyé sur l’article 8 de la directive Oiseaux interdisant les mutilations d’oiseaux. Le Conseil d’état, dans son arrêt du 16 avril 1999, a annulé la circulaire de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage autorisant l’éjointage des oiseaux captifs destinés à attirer leurs congénères et la chasse de nuit. Seule la taille des rémiges, à renouveler après chaque mue, est jugée compatible avec la directive Oiseaux ( scandaleux pour l’aprp67 )
A nous aujourd’hui, de combattre  la taille des plumes de vols de nos oiseaux et perroquets !
Couper ou tailler les plumes de vols de nos oiseaux est une pratique habituelle pour les propriétaires souhaitant les empêcher de voler. Tout cela leur nuit considérablement. C’est un handicap réel pour l’animal mutilé ! Face à ce handicap qu’ils ont du mal à gérer et à comprendre, ces volatiles, en plein désarroi, tendent à se mutiler d’avantage. Cette pratique est appelée piquage.
On ne peut empêcher un oiseau ou perroquet d’être ce qu’il est. Les ailes des oiseaux sont adaptées à leur environnement et leur mode de vie. Ainsi, les ailes des oiseaux migrateurs sont effilées tandis que le bout de l’aile des oiseaux sédentaires est plus rond.
La mutilation des plumes rend l’oiseau de compagnie beaucoup plus vulnérable. Il devient incapable d’échapper aux chiens, chats, rapaces etc… Il risque également d’être victime d’accidents domestiques : noyade consécutive à un bac rempli d’eau ; brûlures sur des gazinières et des plaques de cuisson. Il risque aussi d’être victime de traumatismes consécutifs à une chute. Le risque de fractures est aussi bien réel !
Cassez-vous les jambes de vos enfants pour les empêcher de courir ?
          L’aprp67 est totalement opposée à la pratique de la taille des plumes de vol.
J’ai besoin de vos signatures pour que cette pratique soit définitivement interdite par la loi.
Seules des raisons d’ordre vétérinaire peuvent exceptionnellement autoriser cette pratique.
Si vous êtes opposé à la pratique de la taille de plumes de vol, merci de signer cette pétition !

https://www.change.org/p/gangloff-pascale-signez-si-vous-%C3%AAtes-contre-la-taille-des-plumes-de-vol?recruiter=41615440&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Mme Gangloff

 

Présidente de l’aprp67